Français? ¿Español?

Que el idioma desconocido no te amedrente. Bajando por la columna de la izquierda, después de mis libros y antes de otras rúbricas, se pueden leer textos míos. Algunos están en castellano, otros en francés, otros en ambos idiomas.

N’ayez pas peur de la langue inconnue. En descendant par la colonne de gauche, après mes livres, après les critiques, et avant d'autres rubriques, il y a des textes que j'aime partager. Ils sont tantôt en français, tantôt en espagnol, tantôt dans les deux langues. Je ne sais pas faire autrement.

jeudi 5 février 2009

La Souillure, Dakar Argentina-Chile

J'ai écrit cet article en février 2008. Il a ému de nombreux français aimant le Désert d'Atacama. Puis, il a été publié en espagnol, dans El Clarin Digital: "La mancha : Dakar, Argentina, Chile". Mais au Chili, comme en Argentine, sauf une poignée d'écologistes, tout le monde est ravi que ce grand événement se passe sur place.

Le silence ancestral sera interrompu. Des pierres, immobiles depuis des millions d’années, seront déplacées. Le ciel le plus pur de la terre ne le sera plus. Atacama, la grande, tu seras violentée. Honte à nous !

Voilà ma première pensée, horrifiée, à l’idée du rallye Dakar au désert d’Atacama. *

Je crains qu’à l’instar de ce qui s’est passé lors de l’avancée des armées de Pizarro, Almagro ou Valdivia, rien ne soit épargné au passage du rallye. Au lieu des chevaux, des moteurs vrombissants, au lieu des épées, des caméras de télévision et des caravanes publicitaires. Derrière eux, la désolation et ce regard souvent imbu d’ignorance et de supériorité posé sur les habitants des contrées lointaines par les nouveaux conquérants.

Esaü vendit son droit d’aînesse à Jacob contre un plat de lentilles. Esaü était très gourmand. Ici c’est pareil, ce n’est pas le besoin mais bien la gourmandise qui a décidé de cette affaire. On dira, comme toujours, que c’est dans l’intérêt des affamés, mais ne soyons pas naïfs. Lorsque les millions coulent, les miettes tombent, mais ce n’est pas pour ces quelques misérables miettes que le Chili et l’Argentine se sont précipités, avec une hâte défiant l’imagination, pour proposer leurs paysages majestueux aux organisateurs du rallye. Personne n’a eu le temps de s’interroger sur les conséquences écologiques, humaines, économiques même, que tout était déjà décidé, signé.

A qui profite le crime ? Était-ce un crime à ne pas commettre ou une chance à saisir de toute urgence? Les amateurs du sport de tous bords exultent. Il y en a qui disent que ce sera une formidable promotion pour le tourisme, mais j’ai le sentiment que faire ce rallye dans des sanctuaires de la nature va souiller à jamais l’image captivante que le monde a aujourd’hui de ces endroits. L’effet contraire à celui espéré pourrait se produire. Ceci, sans parler des dommages causés à l’environnement et que personne n’aura ensuite les moyens de réparer. Au Chili, on n’a pas la tradition de défendre l’écologie, ceux qui s’y attèlent ont bien du mal, je ne sais pas si c’est mieux en Argentine. Et ce n’est pas en leur apportant le cadeau polluant de ce rallye que la France pourra ensuite donner des leçons sur le respect de la nature et le développement durable, là-bas, où l’on empoisonne les cygnes à col noir, là-bas, où l’on transforme les merveilleux bois natifs en sciure pour les usines japonaises, là-bas, où les descendants des anciens conquérants n’ont pas encore appris que la terre est sacrée.

Grenoble, le 19 février 2008

Cet article devrait paraître dans le numéro de mars 2008 du bimensuel Espaces Latinos

Il existe une pétition pour la suppression du Rallye Dakar créé par, Thomas Poussard, bloguer et journaliste français résidant au Chili.

* Lire aussi mon premier texte sur Atacama

2 commentaires:

@tom a dit…

Maria, merci beaucoup pour ce beau texte! Si vous me le permettez, je vais le publier sur mon blog. Dites-moi par email si vous êtes d'accord

Thomas

Anonyme a dit…

Merci de m'avoir fait vous connaitre,un chilien a mis ce texte sur son blog .